Mon accouchement en enfer dans la meilleure maternité de Paris

On m’a beaucoup demandé sur instagram de raconter mon accouchement, j’étais pas très favorable au début de peur de saouler avec mes histoires, et d’effrayer toutes celles qui n’ont pas encore eu d’enfant… mais je crois qu’écrire ces 25h en enfer me fera un bien fou.

Essayer de mettre des mots sur cette journée sordide ne sera pas facile d’autant que la maman est souvent oubliée dans ces moments-là. Seul le bébé compte, si le bébé est en bonne santé et que la mère n’est pas morte, tout va bien, non ? Plutôt triste quand on sait à quel point l’accouchement peut être douloureux et traumatisant pour une femme. J’ai eu beau me préparer, faire les cours d’accouchement (que j’ai d’ailleurs arrêtés le jour où elle nous a décrit tout ce qu’ils coupaient pour faire une césarienne… #prémonitoire), lire des bouquins de gestion de la douleur, faire des séances d’acupunctures, d’ostéopathies et cie, je pense que l’on n’est jamais préparé à autant de douleurs. Il n’y a pas de mot assez fort pour illustrer cette souffrance… c’était tellement douloureux que j’aurais préféré mourir pour stopper ces contractions…

Mon fils, mes 24h de bataille…

Après une fuite de la poche des eaux à 6h du matin le jeudi, vous m’avez donné de la pénicilline en oubliant de lire dans mon dossier que j’étais allergique. Heureusement, nous nous en sommes rendu compte assez tôt pour éviter des conséquences désastreuses (merci Maman!).

A 22h, vous avez décidé de me déclencher en réalisant un décollement des membranes sans me prévenir. Il n’y avait aucune raison médicale qui nécessitait ce déclenchement. Le week-end arrivait, vous n’aviez peut être pas envie de vous occuper en plus de mon cas ?!

Juste après ce décollement, les contractions sont arrivées très vite. Elles se sont amplifiées de plus en plus pour devenir rapidement insupportables.

Vous m’avez laissé souffrir de 23h à 9h du matin en me proposant du Spasfon alors que vous saviez pertinemment que ça ne me soulagerait pas.

Vous avez continué de m’ausculter plusieurs fois dans la nuit en répétant votre geste pour « aider la dilatation du col », ce qui amplifiait de plus en plus ma douleur. J’ai crié de douleurs toute la nuit en vous appelant régulièrement. Vous avez daigné vous déplacer 3-4 fois en me redonnant du spasfon (trop sympa!). Je le prenais même plus à la fin tellement il ne servait à rien. Je ne sais même pas quel mot employer pour décrire cette douleur. Elle était tellement intense, tellement inimaginable…

A 9h, vous avez finalement accepté de me faire une péridurale. L’anesthésiste a tardé à venir et a fait venir en éclaireur son interne. Il m’a piquée 5-6 fois avant de se rendre compte qu’il n’y arrivait pas. Gérer sa douleur pour éviter de bouger à chaque contraction pendant quelques minutes pour une piqûre, c’est gérable… mais pour 7 piqûres, c’est plus compliqué! Une fois la péri posée, j’étais soulagée (enfin!). Je pensais alors que l’enfer était derrière moi.

De 9h à 15h, la dilatation de mon col stagnait, je n’étais ouverte qu’à 3. Vous avez décidé de me perfuser de l’ocytocine pour accélérer le processus. La dilatation s’est accélérée, mon col était enfin dilaté complètement à 21h.

…pour finir en césarienne

Finalement, vous avez décidé à minuit qu’il fallait me faire une césarienne pour non-engagement du bébé. Le bébé allait bien, j’allais bien, tout le monde allait bien, on aurait pu attendre encore un peu, mais vous avez décidé que c’était le moment que je dégage de la salle de naissance. Je l’occupais certainement depuis trop longtemps.

Vous m’avez injecté un produit qui m’a fait trembler comme une feuille pendant plusieurs heures. Vous m’avez incisé, avez sorti le bébé et m’avez agrafée sans même me tenir au courant de ce qui se passait. Vous m’avez montré mon bébé une seconde puis vous l’avez embarqué. Vous n’avez pas jugé utile de me laisser faire du peau à peau avec mon enfant.

Vous m’avez embarqué dans une salle de réveil où vous m’avez injecté un nouveau produit « pour que j’arrête de trembler » qui m’a fait dormir 3h non-stop! A 4h du matin, vous m’avez enfin autorisé à découvrir mon bébé.

La sortie de la maternité

Au bout de 3j (contre 5j nécessaire habituellement pour les césariennes), vous avez décidé de me faire sortir. Je vous ai demandé de vérifier ma cicatrice, car je trouvais que le petit bourrelet situé au-dessus n’était pas normal. Vous n’avez pas jugé utile de me faire une échographie pour vérifier, vous m’avez dit de rentrer : « tout était normal ».

7j plus tard, après avoir retiré les agrafes, le petit bourrelet a beaucoup enflé, vous m’avez dit qu’il fallait me réopérer d’urgence le lendemain. Et hop, de retour à la case départ!

Vous m’avez dit que j’étais allergique aux agrafes, mais vous n’avez même pas su me dire la matière des agrafes. Vous m’avez prescrit la venue d’une infirmière jusqu’à complète cicatrisation avec la pose de drains pendant 5 jours. Vous m’avez prescrit des drains qui n’existent plus dans le commerce, vous avez oublié de me prescrire des pansements, vous avez oublié de dire à l’infirmière qu’il fallait nettoyer également l’intérieur avec de la bétadine. Bref, vous n’avez pas fait votre boulot.

Aujourd’hui

Aujourd’hui, ma cicatrice est refermée mais il persiste un petit bourrelet peu esthétique. Vous n’avez pas jugé utile de le reprendre lorsque vous m’avez ré-ouvert. L’esthétique, la douleur et le bien-être de vos patientes vous importe peu.

Je vous reproche de m’avoir déclenchée, peut-être l’avons-nous forcé à sortir alors que ce n’était pas son heure. Peut-être serait-il sorti « tout seul » quelques heures plus tard, peut-être aurions-nous pu éviter ce traumatisme qu’est la césarienne, peut-être aussi aurais-je moins souffert.

La césarienne est une opération !

Arrêtons également de dire qu’une césarienne n’est rien, une césarienne est une opération et comme pour toutes opérations, il peut y avoir des complications (infections, hémorragies…). Arrêtons également de parler de « césarienne de confort », comment une opération peut-elle être qualifiée ainsi ?

La césarienne ne fait peut-être pas mal sur le moment, mais quelques heures après, je vous promets qu’elle fait mal ! S’occuper de son bébé alors qu’on a du mal à se tenir debout, ce n’est pas simple !

Merci !

Si vous avez lu jusqu’ici, merci ! Ça m’a fait du bien de partager mon expérience, un traumatisme surement minime par rapport à ce que peuvent vivre d’autres femmes, mais qui reste tout de même traumatisant. Si vous souhaitez me raconter votre expérience positive ou négative, n’hésitez pas à me laisser un petit mot en commentaire, ça fait toujours du bien d’échanger sur ce sujet…en espérant oublier un jour…

 

Crédit photo : le blog de Tout en une

Related article
27 Comments
  1. De touT COEUR AVEC VOUS. Pour avoir vécu deux césariennes, un bourrelet toujours là alors que j’ai accouché il y a 14 mois de mon second enfant. Déjà que nous ne voulions plus d’enfant mais là c’est clair que non j’aurai pas de 3ème car pas possibilité de tenter une voie basse (comme pour mes 2 premiers).
    La césarienne n’est pas BÉNIGNE, c’est vraiment une opération, on vous ouvre LITTÉRALEMENT le bide !! j’ai eu un surjet comme suture donc pas D’AGRAFE, peut-être une chance finalement..

    • Mademoiselle Mylène

      Ah mince, moi qui esperait encore pouvoir me debarAsser du bourrelet… est ce que vous avez essayé de faire du kiné ?
      Je vous rejoins totalement, une cesarienne est une operation dont il est dure de se remettre ! Bon courage en tout cas <3

  2. Merci pour ton témoignage. J’ai accouché il y a 3 semaines et je me sens aussi pas mal traumatisée par cet évènement, malgré la joie d’accueillir mon enfant. Ca fait du bien de savoir que je ne suis pas toute seule à etre choquée, traumatisée par ce moment. Bon courage à toi et plein de belles choses avec ton enfant

    • Mademoiselle Mylène

      C’est sûre que nous ne sommes pas toute seule, je crois qu’il faut en parler pour enfin que les choses changent ! Je te souhaite aussi beaucoup de bonheur avec ton bébé et espère que tu arriveras à tourner la page <3

  3. Une naissance traumatique et difficile de bout en bout 🙁

    La césarienne reste un intervention chirurgicale majeure qui n’est pas sans conséquences et dont il est pafois difficile de se remettre tant physiquement que moralement. Une femme sur cinq est à risque que ça se termine au bloc opératoire et bien souvent les futures mamans ne le savent pas, ou ne veulent pas l’entendre quand le sujet est abordé en séance de préparation à l’accouchement. C’est dommage parce que parfois, cela pourrait être évité.
    ET comme on dit « césarienne », on oublie souvent que ça implique ouverture, sutures, cicatrice et récupération physique alors qu’on attend de la maman qu’elle s’occupe de son nouveau-né en accomplissant des gestes souvent interdit aux opérés.

    Je ne peux que vous conseiller d’aller faire un tour sur le site et surtout le forum de Césarine, l’association d’information, échange et soutien autour de la naissance par césarienne, une asso pour tous ceux qui ne se contentent pas d’entendre que « l’important c’est que la maman et le bébé aillent bien »

    http://forum.cesarine.org

    PS : désolée, ça semble tout saisir en majuscules et je n’arrive pas à changer cela. J’espère que ça ne publiera pas mon commentaire en majuscules aussi…

    • Mademoiselle Mylène

      Merci pour ton message, je vais aller faire un tour sur ce forum. Il y a également le groupe facebook « Stop à l’Impunité des Violences Obstétricales » qui permet de discuter avec d’autres femmes, ça fait un bien fou.
      PS : il y a un problème dans les commentaires, je ne sais pas pourquoi tout écrit en majuscule lors de la saisie.

  4. re-PS : l’administration de spasfon durant la première phase de l’accouchement, ce n’était pas pour soulager la douleur ni calmer les contractions, c’était sûrement plutôt pour faire lâcher le col.

  5. Bah juste merci.
    Allez, si Ça peut vous rassurer, mon deuxiÈme enfanT est né par voie basse et sans PÉridurale. Ce jour-là, je suis devenue femme, ce fut ma revanche contre l’hyper-mÉdicalisation inutile et dÉsastreuse de cette PREMIÈRE naissance.

    (dÉsolée pour ce commentaire en majuscules, impossible de m’en défaire !) 🙂

    • Ah non finalement, une fois posté les majuscules disparaissent 🙂

    • Mademoiselle Mylène

      ça fait plaisir de voir que c’est possible d’avoir son deuxième par voie basse après une première césarienne car mon gyneco m’a récemment dit que « c’était césarienne d’office »….

      • ApreS une premiere cesarienne il est tout à fait possible d’accoucher voiE basse. Si votre gyneco vous dit Le contraire il faut changer de gynecologue. L’ideal serait d’aller voir une sage-femme en cabinet Avec votre dossier et prendre le temps de tout decortiquer pour que vous puissiez avOir un eclairage professionnel Sur votre vecue… c’est important pour la suite… pour une prochaine grossesse choisIssez un Hopital à taille humaine pour eviter l’effet usine deshumanisée… j’ai travaillÉ dans beaucoup de maternite à Paris, je peux vous en conseiller si vous voulez. Prenez soin de vous.

  6. je suis de tout coeur avec toi. J’ai très mal vécu ma 1ère césarienne et la 2ème encore pire. J’ai fini dans le coma. Je n’ai vu mon bébé que 15h plus tard. J’ai 2 ouvertures différentes. Des adhérences. Des douleurs depuis 9 mois. Et de toute façon il ne faut pas se plaindre le principal c’est que tout le monde aille bien…

    • Mademoiselle Mylène

      Oh ma pauvre !! Quel enfer !!! Je suis désolée pour toi et j’ai honte de me plaindre pour ma pauvre césarienne. Je te souhaite de tout cœur de te rétablir.

    • On A Le Droit De Se Plaindre, On A Le Droit De Pleurer, Être Accueilli Bras Ouvert Et Rassurer. Oui Bébé Va Bien (Après Une Césarienne, Vraiment ?) Oui MAMAN Va Mieux, Mais Un Traumatisme Est La.
      Courage

  7. Je suis de tout coeur avec toi!! C’est courageux d écrire ainsi suite à ce que tu as vécu!
    Heureusement il y a encore des maternités qui font rimer travail et difficultés (car on sait qu’ils en rencontrent tous les jours) avec respect des patients et humilité. Le label « maternité amie des BEBES » permet généralement d indiquer les établissements de confiance a ce niveau là, même si on peut sans doute avoir de mauvaises surprises malgré tout…

    • Mademoiselle Mylène

      Je ne savais pas que ce label existait, je regarderai merci 😉

      • Justement j’Aimerais bien savoir pour info dans quelle mater tu as aCcouché ? Ca veut dire quoi meilleure mater de frAnce cOmme tu le dis ?
        En tous cas merci pour ce recIt ! Il faut que les femmes fassent entendre leurs voiX. J’ai eu 2 accouChements super en mater « aMies des bebes » mais j’etais tres bien preparee et je savais ce que je voulais ou nOn.

        • Mademoiselle Mylène

          J’ai accouché à Port Royal, c’est une maternité très réputée à Paris….
          Je connaissais pas ce label mais je regarderai si jamais il y a une prochaine grossesse… merci 🙂

  8. Bonjour,
    J’ai tout lu.
    Je suis de tout cœur avec toi.
    Bon courage.
    Je continue de m’engueuler régulièrement avec des toubibs, c’est la seule façon de les faire évoluer.
    Pour qu’ils soient sympas, c’est quelque chose à entretenir. Pas facile surtout quand on ne les voit pas régulièrement….
    Qu’il est facile d’être cruel, c’est bien plus économique et tellement cathartique.
    Soutien

  9. C’est un cauchemar !
    je te souhaite pour la suite, car oui, césarienne + réouverture, ça ne se finit jamais vraiment, de ne pas souffrir dans quelques annees de brides (la chair qui décide de venir relier des organes).
    Perso j’ai accouché après déclenchement de confort du gynéco (selon ses gardes, il a donc choisi la date de naissance, je l’ai toujours en travers). La Péridurale me faisait tellement trembler que j’ai accouché avec nue (allergie au colorant de la blouse bleue) avec une couverture de survie.

    • Mademoiselle Mylène

      je connaissais pas en plus ce problème de brides… décidément…
      C’est inadmissible aussi que le gyneco décide de te déclencher uniquement car il est de garde…. Mieux vaut changer de gyneco si BB deux il y a 🙂

  10. Dans quelle maternité avez vous accouché?
    Accouchement traumatisant pour ma part 94h …. a souffrir…. a pleurer… a être perdu…. suivi d’une séparation avec le bébé qui a fait 2 avc…. je m’interroge savoir si c’est le même endroit….. j’envisage des poursuites…
    Bon courage à vous

    • Mademoiselle Mylène

      Oh ma pauvre, mon traumatisme est minime par rapport à ce que vous avez du vivre…
      J’ai accouché à Port Royal, vous aussi ?
      Bon courage en tout cas

leave your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *